Un don de Dieu – Partie 1

Le dictionnaire Larousse définit le don comme une «qualité de quelqu’un, que l’on considère comme innés, naturel ».

Il définit ensuite le talent comme une «aptitude particulière naturel à bien faire quelque chose». Il est clair que ces définitions sont très similaires car elles incluent toutes deux le mot «naturel». En d’autres termes, le mot naturel signifie que ce n’est pas fabriqué ou causé par l’être humain. De plus le mot «aptitude» ou «qualité» signifie que vous êtes capable de faire quelque chose. En rassemblant tous ces mots et définitions, il est évident que Dieu est derrière chaque don ET talent que nous avons!

Je crois fermement qu’une partie de notre but sur terre est d’utiliser nos dons et talents donnés par Dieu pour rendre gloire à Dieu! Il y a une citation que j’ai entendue par le regretté écrivain Leo Buscaglia qui dit: « Votre talent est le cadeau de Dieu pour vous. Ce que vous en faites est votre don à Dieu. » Il est important de noter que vous avez le choix de savoir pour qui et comment vous utilisez votre don. Le dédierez-vous à Dieu? Allez-vous l’utiliser pour le servir et lui manifester sa gloire? L’utiliserez-vous pour bénir les autres et pour l’amélioration de son royaume ici sur terre? Ou allez-vous l’utiliser pour le monde et vous conformer à ce monde? Allez-vous l’enterrer et le gaspiller? Ce choix est propre à chacun.

(Je vous suggère cependant de l’utiliser pour Dieu!)

Un jour, je me suis souvenu de la parabole des talents et du serviteur qui a enterré le sien. Cela trottait constamment dans mon esprit tout au long de cette journée, alors je savais que je devais prier car j’étais déterminé à ne pas être comme ce serviteur.

«Il en sera comme d’un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs, et leur remit ses biens.

15 Il donna cinq talents à l’un, deux à l’autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit.

16 Aussitôt celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents.

17 De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres.

18 Celui qui n’en avait reçu qu’un alla faire un creux dans la terre, et cacha l’argent de son maître.

19 Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte.

20 Celui qui avait reçu les cinq talents s’approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit: Seigneur, tu m’as remis cinq talents; voici, j’en ai gagné cinq autres.

21 Son maître lui dit: C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître.

22 Celui qui avait reçu les deux talents s’approcha aussi, et il dit: Seigneur, tu m’as remis deux talents; voici, j’en ai gagné deux autres.

23 Son maître lui dit: C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître.

24 Celui qui n’avait reçu qu’un talent s’approcha ensuite, et il dit: Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n’as pas semé, et qui amasses où tu n’as pas vanné;

25 j’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre; voici, prends ce qui est à toi.

26 Son maître lui répondit: Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n’ai pas semé, et que j’amasse où je n’ai pas vanné;

27 il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j’aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt.

28 Otez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents.» Matthieu 25 :14-28 LSG

Avec ces versets à l’esprit, j’ai intentionnellement prévu du temps cette semaine pour prier pour mes talents et mes dons. Maintenant, je savais ce qu’ils étaient (enfin je pensais que je le savais) mais je voulais juste les confirmer avec Dieu au cas où j’en aurais ignoré. Dieu est tellement fidèle parce que le jeudi de cette même semaine, Daizy m’a demandé d’écrire pour Jesuslovyou! Je me souviens avoir prié spécifiquement que je ne voulais pas de don ou de talent que je gaspillerais et je demandais à Dieu de me révéler ceux que j’aurais pu enterrer sans m’en rendre compte. Dieu a certainement entendu cette prière car quelques jours plus tard, je me suis retrouvé à accepter d’écrire pour un blog – quelque chose que je n’avais jamais rêvé de faire auparavant. Je ne m’identifiais même pas en tant qu’écrivain, tout ce que je savais, c’est que c’était quelque chose que j’aimais vraiment faire, mais je me contentais d’écrire dans mes journaux et cahiers pour ensuite pouvoir les relire. Je n’ai jamais vu l’écriture comme un don que Dieu m’avait donné, ou quelque chose que je ferais pour un public.

la suite prochainement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.